papillon

Articles

Création d’îlots et de hauts-fonds sur le Grand Etang de Mépieu (RNR des étangs de Mépieu)

Cette opération pilotée par Lo Parvi est financée à hauteur de 70 % (10405 euros) par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et à 30 % (4459 euros) par la société Vicat. Elle consiste en la création d’îlots et de hauts-fonds à partir des sédiments issus du curage de la pêcherie et des canaux du Grand Etang. Ces derniers n’ont en effet pas été curés depuis la fin des années 1960 et sont presque entièrement comblés. Cette réutilisation des matériaux sur place, permet non seulement de répondre favorablement aux objectifs affichés dans le plan de gestion de la Réserve Naturelle Régionale au regard du maintien du fonctionnement de ce plan d’eau, mais également d’apporter une amélioration des conditions de milieux et d’habitats afin de favoriser le maintien et le développement d’espèces floristiques et faunistiques patrimoniales.

Cette démarche permet également de limiter le déplacement de matériaux, réduisant ainsi l’impact environnemental du projet par réduction du transport et du stockage des sédiments issus du curage.

Le volume total de sédiments sur l’ensemble de l’opération de curage des canaux et de la pêcherie est estimé entre 2 500 et 3 000 m3. Le volume de sédiments estimé pour la réalisation de l’un de ces ilots avoisine en moyenne les 250 à 300 m3 ; les îlots les plus importants pourront nécessiter jusqu’à 400 à 500 m3. Il est ainsi envisagé la création de 8 îlots accompagnés de 7 hauts-fonds sur la totalité du Grand Etang.

La création d’îlots et de hauts-fonds offre la possibilité de développer de nouveaux habitats favorables à certaines espèces floristiques (cariçaies et roselières) et faunistiques (oiseaux d’eau et faune aquatique) observées sur le Grand Etang et sur les étangs localisés à proximité.

Sur le Grand Etang, cette démarche se justifie par la présence d’un fond relativement plat, d’une profondeur moyenne de 100 cm, tandis que la profondeur maximale de l’étang est d’environ 230 cm.

Cette variation bathymétrique permettra une diversification des habitats et donc une amélioration du potentiel d’accueil de la biodiversité : création de zones favorables aux plantes aquatiques, de caches, de frayères et de nurseries pour les poissons, ou encore de zones d’intérêt pour certains insectes comme les libellules.

Les hauts-fonds permettent également lors de l’abaissement saisonnier du niveau de l’eau de créer un milieu favorable à l’implantation d’espèces caractéristiques des vasières exondées à l’image de la laîche de bohème (plante protégée).

Les hauts-fonds permettent également lors de l’abaissement saisonnier du niveau de l’eau de créer un milieu favorable à l’implantation d’espèces caractéristiques des vasières exondées à l’image de la laîche de bohème (plante protégée).